Skip links

San Francisco: l’Eldorado des chiens

Société

États-Unis   //   Portrait

Avec la crise sanitaire, la capitale mondiale de la « tech » s’est vidée de ses ingénieurs en informatique et ceux qui sont restés ont dû faire face à la solitude urbaine. Un remède imparable pour combler le vide laissé par les mesures sanitaires : le chien de compagnie ! Et ça tombe bien car San Francisco est sans aucun doute la ville qui se rapproche le plus du paradis des chiens.

Paco, un fruit de l’humanité

Paco est le nom du chien que nous avons accueilli pendant deux mois avec ma colocataire. Nous sommes tous les deux enseignants au lycée franco-américain, je donne des cours de philosophie et Mika de biologie. Comme tous les professeurs de sciences naturelles qui se respectent, elle est amoureuse du monde animal. Son rêve est de devenir vétérinaire pour soigner des animaux abandonnés à travers le monde et comme il faut un début à tout, elle a décidé d’adopter provisoirement un chien qui avait besoin de son aide.

Le chien est une espèce créée de toute pièce par les humains, il descend directement du loup et au cours de l’Histoire, il a toujours eu plusieurs fonctions : il a été entre autres domestiqué pour garder les troupeaux, éloigner les dangers, être mangé en cas de famine… mais aussi pour son caractère coopératif et aimant. Comme il a été façonné par nos ancêtres, il est extrêmement dépendant. Lorsque je suis arrivé à San Francisco, quelque chose m’a frappé : ici, les chiens sont partout ! N’importe quel habitant installé dans la baie depuis quelques années pourra vous raconter qu’il y a plus de chiens que d’enfants dans la ville. Cette information a été vérifiée en 2018 : l’American Community Survey estimait que 115 000 mineurs vivaient dans une métropole où la population canine s’élevait au minimum à 120 000 individus selon Animal Care and Control. Envie de fonder une famille sur la côte californienne ? Étape numéro un : le chien !

Cela faisait trois mois que j’étais arrivé aux États-Unis et me voilà propriétaire d’un chien. Il a environ huit mois quand il arrive du Guatemala par avion. Une association de protection animale l’a trouvé en très mauvaise santé au milieu d’un champ. Comme on peut se l’imaginer, les premiers mois de la vie de Paco n’ont pas été une partie de plaisir et le voyage pour rejoindre son nouveau foyer éprouvant. Mika, qui suit régulièrement l’association sur les réseaux sociaux, s’est portée volontaire pour s’occuper de Paco le temps de lui trouver une famille d’adoption à long terme.

Paco dans son nouveau foyer

Notre mission est claire : dresser et prendre soin de notre nouvel invité pour qu’il puisse ensuite rencontrer les candidats prêts à l’accueillir pour tout le reste de son existence. Paco est évidemment mignon, drôle et adorable à la fois, à part quand il fait ses besoins ou qu’il vomit un peu partout… Dans l’ensemble il faut bien reconnaître que grâce à lui il se dégage une chaleur et un bien-être dans notre appartement. Il est étonnant de voir comment un chien peut comprendre et absorber les tensions qui traversent un lieu. Il est alors possible d’observer à quel point il peut s’évertuer à résoudre des situations sociales complexes à la mesure des moyens qui sont à sa disposition.

[…]

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag Nº4. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Texte: 
François Bonnaz

Illustration: 
Andrea Ebert

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
";