Skip links

LES MUTATIONS DU VIVRE-ENSEMBLE FRAPPENT À LA PORTE

Société

Afrique du Sud   //   Reportage

Cœur économique de l’Afrique du Sud, Johannesburg doit encore composer avec les séquelles d’une géographie d’apartheid ancrée dans le paysage urbain. Gros-plan sur un quartier de la classe moyenne aux multiples facettes où aspirations individuelles et cohésion sociale s’accorderont peut-être un jour sans exception, donnant corps à des initiatives publiques encore poussives à l’échelle de la ville.

Il faut imaginer un immeuble de briques rouges bâti dans les années 50 qui compte 28 appartements spacieux répartis sur quatre étages. Il se situe à Cyrildene, une banlieue à l’est de Johannesburg. Ce quartier verdoyant et largement résidentiel se caractérise par une forte proportion de maisons individuelles, construites sur de vastes terrains. Les immeubles sont plus rares et se détachent dans un paysage où prédominent ces grandes maisons entourées par un jardin privatif et bien souvent équipés d’une piscine. Jusque dans les années 90, Cyrildene était un quartier principalement juif, grec dans une moindre mesure. Avec l’avènement d’une Afrique du Sud démocratique, qui s’est accompagné d’incertitudes politiques et d’une envolée des taux de criminalité, un grand nombre des résidents ont préféré émigrer ou s’installer dans des quartiers plus aisés, ouvrant la voie à une recomposition démographique importante. À l’image d’autres quartiers de la classe moyenne, Cyrildene s’est ainsi progressivement diversifié.

Il faut imaginer cet immeuble en briques rouges des années 50 car il est le témoin révélateur de cette évolution cosmopolite. Seuls quelques-uns de ses résidents, souvent blancs et plus âgés, y vivent depuis plusieurs décennies. La majorité des habitants, des Sud-Africains noirs, d’origine indienne, coloured (de groupe ethnique multiracial), ou d’autres pays d’Afrique noire, ne s’y sont installés que plus récemment. Ma compagne et moi sommes les seuls ressortissants européens. La même diversité s’observe aussi bien au plan des activités, qui vont de l’entreprenariat aux fonctions en entreprises, aux professions libérales, voire à l’inactivité, que du point de vue de la structure des ménages. L’immeuble présente des dynamiques, des styles et des rythmes de vie différenciés : on y rencontre des familles avec enfants, de jeunes couples, des personnes vivant seules, des propriétaires et des locataires.

[…]

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag No.3. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Texte : 
Romain Dittgen

Illustration : 
Paulo Picamilho, Tokio Marine Life, Demerzerl21, The Gift 777

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
"; Mayonèz Mag