Skip links

L’ÉCOLOGIE ATTIRE LES ARTISTES DANS SES FILETS

Culture

Australie   //   Reportage

En admirant la mer se fondre dans le ciel bleu, sur l’une des plages de sable blanc du Golfe de Carpenterie, au nord de l’Australie, tout promeneur doit faire attention à l’endroit où il pose les pieds… sous peine de servir de proie aux filets de pêche échoués qui polluent par milliers les côtes de la région. Mais les locaux ont trouvé une solution astucieuse : en faire des sculptures. Depuis, l’art des ghost nets voyage dans le monde entier, donnant une seconde vie aux filets mais aussi à leurs nouveaux utilisateurs, dont les histoires sacrées traversent les océans et s’invitent dans les musées des métropoles du monde.

Paul Jakubowski dispose d’un espace de rangement peu commun. Chaque jour, assis à son bureau, il contemple les trente sculptures de ghost net art soigneusement rangées et accrochées à son plafond comme un rêveur regarderait les constellations avant de rejoindre Morphée. Ces œuvres, ce sont ses plus beaux souvenirs de travail. Depuis plus de dix ans, cet américain dirige le Centre d’Art de Pormpuraaw, une communauté sur la côte ouest du cap York, à la pointe nord de l’Australie. Avec les artistes aborigènes du Centre, il réalise des sculptures de tortues, dauphins, barramundis (littéralement poisson aux grandes écailles), crocodiles et autres espèces marines à partir de filets de pêche qui polluent les plages du Golfe de Carpentarie. Le moins que l’on puisse dire est que l’équipe ne manque pas de matière !
      Chaque année, des milliers de filets, principalement en provenance d’Asie du Sud-Est, des Philippines, de Singapour et d’Indonésie, sont en effet abandonnés par les chalutiers, accidentellement perdus ou lâchés volontairement. Ils deviennent alors des ghost nets (filets fantômes), dérivant sur l’océan sans but précis, comme morts aux yeux de leurs propriétaires. Très vite, les courants les reprennent naturellement en main et les renvoient vers les côtes du nord de l’Australie. Le voyage n’est toutefois pas sans conséquences et les animaux marins qui se trouvent sur le passage de ces filets s’y retrouvent emprisonnés.

[…]

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag No.3. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Texte : 
Élise Mesnard

Illustration : 
Paul Jakubowski (Pormpuraaw)

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
"; Mayonèz Mag