Skip links

Le nouveau siècle du cannabis thérapeutique

Affaires

Monde   //   Investigation

La fleur de cannabis et ses composés actifs soulagent ou préviennent certains maux. La médecine moderne, parfois dans l’impasse thérapeutique, redécouvre les vertus de cette plante vieille comme le monde, que les patients sollicitent tandis que les États, leurs autorités sanitaires et les industriels de tous bords s’organisent afin de lui redéfinir sa place dans la pharmacopée.

Les débats moraux autour du cannabis thérapeutique opposent l’utilisation empirique de la plante à sa classification, au XXe siècle, parmi les substances addictives et dangereuses.

Une remède devenu drogue, (re)devenue remède

On trouve dans les tombeaux d’Égypte, d’Inde et de l’ancienne Assyrie, vieux de 5000 ans, des traces attestant déjà d’un usage médicinal du cannabis. Au XVIIIe siècle, la plante s’exporte sur tous les continents, notamment en Europe et en Amérique du Nord. La résistance de ses fibres en fait un matériau de choix pour la construction, en particulier navale, et l’habillement. Ses graines, très nutritives, entrent dans l’alimentation courante et l’agriculture occidentale réalise bientôt combien la plante, peu demandeuse en eau et en nutriments, est facile à cultiver. Le cannabis fait alors aussi son entrée dans la pharmacopée de nombreux pays. On l’utilise entre autres dans le traitement de l’arthrite et afin de limiter les vomissements en cas de tétanos, de rage ou de choléra.

Selon Kenzi Riboulet-Zemouli, expert consultant auprès de l’OMS et spécialiste du cannabis pour différents Think Tanks et ONG, « on commence véritablement à rétrocéder à partir des années 1920, sous l’impulsion de l’Égypte nouvellement indépendante et de l’Afrique du Sud », qui interdisent le cannabis dans sa globalité alors qu’ils en étaient jusque-là d’importants producteurs. « C’est une sorte de message aux Occidentaux, la preuve que des concessions sont possibles, qui consistent à renier certaines traditions pour en conserver d’autres. La Société des Nations de l’époque sert alors de tribune à ces pays qui, tandis qu’ils défendent la soumission du cannabis au même régime que celui créé pour l’opium, entendent se faire une place sur la scène internationale ». En 1937, le cannabis est banni des pharmacies aux États-Unis puis, progressivement, de tous les pays jusqu’à ce qu’il soit officiellement et mondialement reconnu drogue addictive et potentiellement dangereuse en 1961 lors de la ratification de la Convention unique sur les stupéfiants par l’ONU.

Pour Paola Cubillos, médecin employée de l’entreprise biopharmaceutique Avicanna (spécialisée dans la production de médicaments à base de cannabis) et qui propose parfois des traitements à base de la plante à ses patients en Colombie et au Canada, ce qui découle d’une telle radicalisation représente l’état d’esprit des consommateurs de cannabis à des fins médicales : «lorsqu’ils n’ont plus d’autres recours, ils font appel à la plante. Il arrive un moment où être dans la légalité devient moins important que de se sentir mieux. Dans les années 60 et 70, les vétérans du Vietnam en prennent pour traiter leurs chocs post-traumatiques; dans les années 80, ce sont les patients atteints du SIDA […]» Aujourd’hui, les quelques pilotes visant à introduire le cannabis médical sur des marchés encore relativement hermétiques à son usage prévoient eux aussi de traiter des «patients qui ont des conditions cliniques pour lesquelles la médecine actuelle n’a pas de solution et qui ne consomment pas forcément de cannabis en dehors de cette expérimentation », précise Nicolas Authier, psychiatre pharmacologue et président du Comité scientifique de l’expérimentation de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), en cours en France pour 3000 patients. Ils seront traités jusqu’en 2023 contre certaines douleurs neuropathiques réfractaires, des formes d’épilepsie sévères ou encore des symptômes rebelles en oncologie.

[…]

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag Nº4. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Texte: 
Perrine Laffon, Rémy Genet

Illustration: 
Josie McClutchie pour Rua Bioscience, Clever Leaves…

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
"; Mayonèz Mag