Skip links

JAY STONER

GALERIE MAYONÈZ

Art   //   France

Jay Stoner, 44 ans, est né à Alençon où il vit en famille. Tout petit déjà, les portraits de ses professeurs et camarades de classe qu’il esquissait au crayon avaient de quoi surprendre par leur réalisme. Sur le dessin que tout gamin rapporte un jour chez lui fièrement, papa, maman et le chien étaient eux aussi particulièrement fidèles à leurs modèles respectifs. Les cours n’intéressent pas particulièrement le jeune Jay (Jérémy), qui s’entête et persiste à ne lire que ce qui comporte plus d’image que de texte et, dans les années 80-90 en Normandie, le doute n’est pas permis : c’est bien sur les bandes dessinées qu’il jette son dévolu ! Biberonné à Thorgal et Astérix, influencé à l’adolescence par les personnages de Franquin et Frank Miller, Jay se crée sa propre culture, ses propres références et fait quelques rencontres providentielles.

Lorsqu’il a vingt ans, Jean-Blaise Djian (scénariste) et Tieko (dessinateur) lui mettent le pied à l’étrier. On vit difficilement de la BD à moins d’être Enki Bilal (La foire aux immortels) ou Christophe Arleston (Lanfeust de Troy, Trolls de Troy) mais le jeu en vaut la chandelle et Jay, comme ses mentors, se lance par passion. S’il a longtemps enchaîné les emplois alimentaires, depuis 2015, Jay subvient à ses besoins grâce au dessin. Lorsqu’il ne s’attèle pas lui-même à une commande d’éditeur ou de particulier, il enseigne son art dans les centres pénitentiaires de Normandie. 

Au fil des ans, son goût pour le stoner metal (sous-genre musical du metal) et les musiques rustiques aux sonorités nordique ou irlandaise aidant, Jay affirme son style, dont il aime à souligner qu’il est « réaliste et chargé en ombres », comme en témoignent ses planches pour une commande d’éditeur concernant feu le clarinettiste Sydney Bechet ou encore l’illustration de l’un des thèmes de Ravn (corbeau en norvégien), le groupe qu’il a formé avec un ami d’enfance. 

Et d’ombres il sera aussi question tandis que Jay illustre ces jours-ci le scénario de Djian sur le débarquement de Normandie, dans le cadre d’une BD à paraître début 2022 aux éditions OREP et qui sera distribuée dans tous les musées de France proposant des expositions sur la Seconde Guerre Mondiale. 

Ses références :

  • Tieko, dessinateur de bandes dessinées. Il s’est notamment illustré chez Dargaud et Casterman. Dans l’album Normandie juin 44 publié chez Vagabondages en 2011, il illustre le scénario de Djian, précédemment mentionné. « Pour son style et le réalisme de ses dessins » (JS).
  • Barry Windsor Smith, dessinateur anglais, auteur et peintre surtout connu pour son rôle dans le développement de personnages de comics américains issus de l’univers Marvel notamment. « La première fois que j’ai eu L’arme X entre les mains, j’ai pris une grosse claque ! Question dessin, on était sur une autre planète, ça ne ressemblait à rien de ce que j’avais pu voir jusque-là […] et probablement rien n’équivaut encore aujourd’hui à un tel niveau d’adéquation entre l’histoire et le style du dessin » (JS).
  • Chevalier et Ségur, respectivement scénariste et dessinateur coloriste de Légendes des contrées oubliées, trilogie des années 80-90 dont le degré d’achèvement reste inégalé pour de nombreux professionnels et amateurs de bandes dessinées fantastiques.« Le sommet de la gestion de la couleur ! Et on n’avait pas les outils que l’on a aujourd’hui […] sans compter l’incroyable développement des personnages et la cohérence du scénario » (JS).

[…]

Modèle : guitare sur mesure

Défi technique : Le vinyle étant une matière relativement souple (comparativement au bois), nous devions nous assurer de ce que le micro fût solidement intégré et non pas simplement posé sur le vinyle. 

Résultat : Une guitare d’apparence rétro faite pour jouer… du métal !

Modèle : Epiphone SG 

Composition : pickguard en cuir, vernis patiné, boutons en laiton gravé et clous de cordonnier. 

Résultat : Une guitare de barbier

DB41, Roots, 

Modèle : non révélé.

Défi technique : Il s’agit en réalité de mettre un corps tronqué de guitare électrique dans un bidon d’huile d’époque.

Composition : peinture aérosol et de maquette

Résultat : Des guitares dont le son se rapproche de celui qu’émettent les modèles équipés de résonateurs à l’instar des Dobro, de l’enseigne Gibson.

Jay Stoner et Christophe Grisard

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag Nº5. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
"; Mayonèz Mag