fbpx
Skip links

Galerie Mayonèz

GALERIE MAYONÈZ

Art   //   France

Découvrir de grands talents sur Instagram : je n’y croyais pas ! Non pas un de ceux déjà cotés sur le marché et dont on parle mais bel et bien une jeune pousse, un inconnu dont le talent vous frappe comme une évidence et qu’il ne faudrait surtout pas manquer de connaître au risque de bouder une belle histoire…

Fin juin 2019, l’image d’une chienne nommée Jaska attire mon attention. Cette huile sur toile postée sur ce réseau social provoque aussitôt chez moi ce que l’on a coutume d’appeler prosaïquement un coup de foudre  ! Le peintre avait brossé l’essence de son sujet canin avec brio. Par un jeu à la fois subtil des nuances allant du beige clair au marron très foncé et puissant dans sa manière d’écraser puis d’étaler sa peinture, Maxime ravivait ma mémoire des œuvres de Hals, Velasquez, Manet et Freud. Il s’agissait pourtant bien d’un Biou  !

Mon anniversaire approchant à grands pas, je rencontre alors le jeune peintre récemment diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, afin d’acquérir son œuvre.

Double coup de cœur — intellectuel et artistique — le créateur est aussi vivifiant et brillant que sa peinture. 

Ma joie de faire connaître l’univers de cet artiste est contagieuse.  Quelques amis collectionneurs tombent sous le charme, certains s’empressent d’acquérir des œuvres existantes, d’autres lui passent des commandes plus personnelles. En moins d’un an, Maxime Biou reçoit plusieurs prix et distinctions tandis que ses commanditaires se multiplient dans toute l’Europe – son travail fait désormais partie de l’une des collections d’art contemporain les plus prestigieuses au monde.

De fil en aiguille et le bouche-à-oreille se faisant dans le petit monde de l’Art, le Musée de l’immigration de la Porte Dorée jette son dévolu sur Les Naufragés, une toile ô combien puissante du jeune peintre, que l’institution acquiert et expose. Peu de temps après, Maxime obtient le prix Ishuba, le prix Fénéon et celui d’Encouragement décerné par l’Académie des Beaux-arts de l’Institut de France. Avec Maxime Biou, dont je suis devenu bien plus qu’un fiévreux collectionneur, je renoue avec une passion trop longtemps endormie, celle qui me fit, il y a trente ans déjà, connaître la joie d’accompagner et de mettre en lumière le talent des autres.

Jeanne. Ce charmant portrait d’enfant est une des toutes dernières commandes acceptées par Maxime Biou, dont le mode opératoire est aussi classique qu’immuable : travailler sur plusieurs photographies du modèle prises par lui ou ses commanditaires. Jeanne, qui a aujourd’hui 17 ans, apprécia tellement cette vision d’elle toute petite qu’elle vient d’accepter de poser pour un portrait plus « contemporain »

Nicolas. Ce magistral portrait d’un proche de l’artiste illustre à la perfection la technique de Maxime Biou mais également son sens inné de la composition. Cette œuvre qui fut de nombreuses fois reprise démontre à quel point le peintre est soucieux des détails. Nicolas et Père et sœur sur un canapé sont deux toiles qui permirent très vite à Maxime Biou d’entrer unanimement dans la catégorie des grands portraitistes.

Cheval Blanc. Cette toile, l’une des toutes premières de très grand format, fut acquise quelques minutes à peine avant l’ouverture de l’exposition du prix Emerige pour lequel Maxime fut un des artistes sélectionnés. Le collectionneur qui avait vu une simple photographie trois semaines avant me confia que l’œuvre serait très belle même sans le cheval . Il est vrai que le simple décor ombré et cubiste bicolore extrêmement bien composé se suffit presque à lui-même.

Les Naufragés. Exposée dans les locaux du prix Emerige, cette puissante toile ne pouvait selon moi qu’intégrer un lieu susceptible de décupler sa force évocatrice, c’est pourquoi malgré trois demandes émanant de particuliers très motivés, la priorité fut donnée au Musée de la Porte Dorée. C’est à l’unanimité que l’œuvre fut acceptée pour intégrer les collections permanentes où elle sera d’ailleurs bientôt visible dans le nouveau parcours proposé aux visiteurs.

Texte : 
Edwart Vignot

Art : 
Maxime Biou

Partagez cet article :

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag No.2. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !