Skip links

ÈVE BARLIER

GALERIE MAYONÈZ

Art   //   Monde

« Entre les arts et les sciences, je n’ai jamais voulu choisir ! » 

Ève Barlier est de ces rares personnes qui sont à la fois très cartésiennes et incroyablement créatives. De ces individus avec qui les scientifiques en quête de vulgarisation de leurs savoirs ont immédiatement envie de travailler ! Et certains éditeurs de presse aussi… Elle a le goût obsessif du détail, une passion pour les solutions uniques et cette capacité à créer ou représenter des mondes dont le commun des mortels n’a, a priori, qu’une idée absconse. Parce qu’elle s’est d’abord intéressée à la Science, sujet qui repousse généralement ses pairs artistes, Ève, 25 ans, s’est rapidement fait un nom dans des établissements aussi prestigieux que le Museum national d’Histoire naturelle, l’Institut d’astrophysique des Canaries (IAC) ou l’Université de Cambridge.

Ève a très tôt mis en application les enseignements du « design d’illustration scientifique » et pour la première fois démontré ses talents à la communauté en question lors d’un stage à l’Observatoire de Lyon. Chemin faisant, de missions remplies haut la main (pour le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) en contributions remarquées (pour l’Institut national de l’information géographique et forestière – IGN), elle s’est également illustrée sur plusieurs supports (numérique, papier, pierre, « hybrides ») selon différentes techniques (fusain, stylet, encre,  gouache, acrylique, marqueurs, lavis, lithographie), renforçant chaque fois plus sa compréhension du monde qui l’entoure, développant son habileté à le représenter en détail… et en couleur ! 

Oui, la couleur et l’esthétique d’un dessin sont de précieux alliés lorsqu’on souhaite susciter l’intérêt de novices et d’experts afin de leur présenter des phénomènes physiques complexes. À ce titre, Ève est aussi à l’aise dans le référentiel newtonien que dans celui, quantique, où lequel elle a récemment franchi une nouvelle étape : elle collabore désormais avec l’IAC dans le cadre de publications scientifiques permettant aux chercheurs en astronomie et en physique des particules de se rejoindre car, confirme l’artiste, « ces sciences-là sont intimement liées tandis que la connaissance chaque fois plus vaste des physiciens dans leurs domaines respectifs les éloigne naturellement d’autres, pourtant complémentaires ». Astrophysiciens, astrophysiciennes, n’ayez crainte ! Ève est là et elle entend bien se plonger un jour dans les formules alambiquées des conférenciers de Cambridge ou du Collège de France afin d’expliquer, par l’image et de manière toujours plus intelligible, ces lois qui gouvernent l’univers.

Extraits de portfolio d’une iconoclaste bien organisée

Un premier pas vers la réalisation d’un projet de longue date

« J’ai toujours souhaité créer un album de jeunesse. De A à Z. Me charger de la narration, du dessin et de la recherche qui va avec. Enquêtes en herbe ! de l’Agence régionale de la biodiversité, est paru cette année et j’ai pris beaucoup de plaisir à l’illustrer ». L’ouvrage sensibilise les enfants à la faune et à la flore de leur région. Perle Choirout, une fillette, et son fidèle setter irlandais, Esra Pilmms, enquêtent sur des petits mystères du jardin, dont une piste d’excréments posés ça et là dans l’herbe. On y cherche aussi l’animal qui a découpé des cercles étrangement géométriques dans les feuilles, et qui a coincé des écorces de noisette dans l’écorce du robinier…l’occasion pour le narrateur de remonter la piste de l’incriminé, par défaut, brossant au passage le portrait des autres habitants dans les parages. 

Les rapports d’activité sont ennuyeux

L’IGN l’a sûrement pensé et bien lui en a pris ! À l’occasion de ses 80 ans, l’organisme a souhaité troquer les tableaux barbants et les graphiques arides pour la douce didactique colorée de l’artiste. Les messages passent mieux, l’intérêt des collectivités locales pour les risques liés au changement climatique redouble, les données de recensement des biotopes et la géodésie (étude de la forme de la Terre) inhérente au tracé des cartes, deviennent soudain plus attrayantes. 

Médecine et neuroanatomie

« Il paraît que pour beaucoup de chirurgiens, la première opération est souvent l’objet de nausées. Les fois d’après, ça passe… Quant à moi, le dessin me permet de prendre de la distance, de me détacher de mes émotions pour me concentrer sur la représentation graphique ». Ci-dessous quelques exemples de cas d’étude d’Ève pour le projet franco-britannique REVERT pour le département de neurochirurgie de l’Université de Cambrigde.

La Quantique autrement de Julien Bobroff, Flammarion, 2020

Ève illustre certains des concepts clefs de la physique quantique (dualité onde/particule, principe d’incertitude, chat de Schrödinger, intrication quantique, informatique quantique…etc.) que l’auteur souhaite expliquer à son lectorat, sans équation ni graphiques. 

Astronomie

Ève développe des triptyques sur fond de toile cosmique permettant à l’IAC de communiquer sur ses réseaux sociaux. Il est question de raconter des histoires sur les cratères lunaires, l’anniversaire de la Lune ou les couchers de soleil qu’on pourrait y observer. Elle fait également équipe avec l’astronome et vulgarisateur Josquin Errard dans le cadre d’un projet sur les origines de l’Univers et contait en 2019, en image, les aventures d’un photon qui s’y perdait pour le magazine Erratum.

 

[…]

Artiste:

Ève Barlier

Du bien-fondé créatif des pauses 

« Je dessine très peu pour moi, j’ai la chance de vivre de mes dessins. Aussi, dès que j’en ai l’occasion, en vacances notamment, j’essaie de contrebalancer mon quotidien rigoureux et technique. J’emporte avec moi marqueurs et crayons soigneusement choisis pour m’adonner au plaisir de la couleur. Je marche, je contemple, je cherche la vibration et, chemin faisant, je me libère des proportions et des détails qui caractérisent mes travaux rémunérés. Cela me permet de me renouveler et de m’évader »

Symbole de l’association de l’IGN et du Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (Schapi)

Observer les variations du niveau des mers grâce au Système d’observation du niveau des eaux littorales (Sonel)

L’état des forêts du monde en 2020

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag Nº6. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
"; Mayonèz Mag