fbpx
Skip links

UN BON COLLECTIONNEUR SE LÈVE TARD!

Portrait

Affaires   //   France

Dans le petit monde de l’art, la légitimité d’Edwart Vignot est depuis longtemps assise. Historien de l’art, un temps responsable du département des dessins anciens pour Christie’s à Paris puis commissaire d’exposition, membre du comité des Amis du musée Delacroix et président de la société des Amis du musée Rodin, artiste plasticien et auteur, son expertise est rare, recherchée et en tout premier lieu mise au service de sa collection personnelle, qu’il a commencée à l’âge de dix ans et dont la valeur n’a cessé de croître à mesure que ses connaissances orientaient ses dépenses.

.

En collectionneur sentimental, Edwart Vignot est plus voué à l’achat d’œuvres qu’à tout espoir de tirer de leur revente une plus-value extraordinaire. Et si tout accumulateur avisé — du modeste philatéliste au milliardaire féru d’art contemporain — cherche sans exception à agrandir sa collection et à accroître sa valeur, Edwart Vignot précise néanmoins son idéal : « un attachement si fort aux œuvres acquises qu’on ne voudrait jamais s’en séparer, quelle que soit la valeur proposée par l’acheteur ». En collectionneur à succès — entendons par là qu’il n’a jamais hypothéqué son logement pour s’offrir un dessin ou privilégié son temps passé en salle des ventes au détriment de sa vie de couple —, Edwart Vignot penche sans complexe pour l’autodiagnostic : « je suis atteint d’une maladie rare et incurable », dit-il.

Une pathologie qui n’en est pas vraiment une, comme l’a écrit le psychanalyste Gérard Wajcman, considérant l’époque du culte de l’objet dans laquelle nous vivons et précisant que la seule vraie souffrance du collectionneur, c’est que quelque chose vienne parfois l’empêcher de collectionner. Il s’agirait plutôt d’une obsession, aussi coûteuse que joyeuse, et les yeux de l’historien de l’art brillent lorsqu’il évoque où celle-ci l’a parfois mené. Il répond ce matin aux questions de Mayonèz Mag par vidéoconférence et moult trophées sont derrière lui observables. Dessins, gravures, sculptures, livres et autres curiosités anciennes menacent la stabilité des tables et des étagères de son appartement parisien. De ce côté-ci de l’écran, tout se ressemble y compris les encadrements, dont la couleur dorée renforce cette impression que la pièce se fige dans l’automne […]

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag No.1. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Palette de couleurs Edwart Vignot Collectionneur France

Texte : 
Rémy Genet

Portrait photographique: 
Julien Pepy 

edwartvignot.com

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !