fbpx
Skip links

BERLIN AVANT LA CHUTE DU MUR. UNE MÉTROPOLE DÉCHIRÉE VÉCUE PAR LES FRANÇAIS

Reportage

Culture   //   Allemagne

Été 1945. Les troupes alliées commencent à occuper Berlin. Les militaires français prennent leurs quartiers dans le nord de la ville avec leurs familles. Pour ces soldats venus d’outre-Rhin, l’heure n’est pas à l’intégration ni à une quelconque communion avec l’habitant occupé. Pour leurs enfants en revanche, le prisme de la vie n’est pas le même. L’innocence et la curiosité de leur jeune âge leur font voir la réalité à travers d’autres filtres. Thomas, Volker, Christophe et Markus sont aujourd’hui adultes et partagent quelques souvenirs de leur jeunesse berlinoise, dans ce qu’ils s’amusaient à nommer leur « village d’Astérix » sur le sol allemand, au cœur de la guerre froide. 

Août 2020. Traverser le quartier Napoléon puis fouler le pavé de la rue Jean Jaurès ou celui de l’avenue Charles de Gaulle. Lever les yeux vers des barres d’immeubles en décrépitude et entendre au loin quelques enfants jouer au foot et s’interpeller en français. Bienvenue dans la cité Foch de Reinickendorf ; dans le nord de la capitale allemande. Piscine, crèche, supermarché, salle de sport et école primaire, ici, tout était fait pour permettre aux soldats de se sentir comme à la maison. « La plupart n’étaient pas du tout intégrés. Ils n’avaient pas d’amis allemands et ne parlaient pas la langue », se souvient Christophe, fils de militaire. Des chaines de télévision françaises, des produits français et même une messe en langue française. L’allemand n’était pas une nécessité dans le quotidien des Alliés et de leurs familles. Né d’un père français et d’une mère allemande, l’homme d’une cinquantaine d’année est venu s’installer à Berlin-Ouest en 1983 quand son père fut affecté comme aiguilleur du ciel à Tegel, l’un des deux aéroports qui desservent toujours la capitale. « Ici, il y avait tout sauf le lycée franco-allemand qui avait déménagé dans le sud-ouest de la ville, à Schöneberg. Un bus affrété par l’armée française nous y amenait et venait nous y chercher»… 

[…]

Article complet au format papier dans Mayonèz Mag No.2. Retrouvez tous les aperçus d’articles de Mayonèz Mag dans la section Archives.

Texte : 
Laure Blachier

Illustration: 
Sara Graça Silva

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !