Skip links

ADRIEN COUVRAT

GALERIE MAYONÈZ

Art   //   France

J’ai rencontré Adrien Couvrat en 2014, dans son premier atelier. J’ai tout de suite été séduit par ses travaux. C’était prévisible… je m’intéresse en effet à l’Art Optique et il en est, à mon avis, le nouveau représentant aussi prometteur que créatif. Les œuvres d’Adrien «tapent» littéralement dans l’œil, elles piègent les regards, hypnotisent leur audience. C’est qu’il est difficile de détourner les yeux d’une huile sur toile mouvante !

Adrien Couvrat considère son travail comme un laboratoire de sensations visuelles s’appuyant avant tout sur des effets parfaitement maîtrisés, à la fois techniques et chromatiques. Son procédé, patiemment élaboré, permet aux spectateurs de vivre une expérience que l’on pourrait qualifiée de synesthésique. Ici les couleurs peuvent évoquer des sons et une grande partie de ses compositions nous renvoie en effet irrémédiablement vers le monde de la musique, comme en témoigne d’ailleurs bon nombre de leurs titres : Partitions, Lyres …

Décrire le travail de l’artiste est un véritable défi tant les peintures demandent à être concrètement appréhendées autant dans l’espace que dans une temporalité. Afin d’en apprécier toute la capacité à faire bouger – il y a ici toujours plus à voir de l’œuvre selon qu’on l’observe depuis un angle ou un autre, couleurs et formes variant au gré de nos déplacements – il faut se donner l’occasion de regarder l’œuvre de 0 à 180 degrés. Ces œuvres qui, rappelons-le, ne sont pourtant pas physiquement en mouvement (cinétiques), semblent opérer néanmoins une métamorphose spectaculaire : sous notre regard, et en nous déplaçant devant elles, on passe ainsi subtilement d’une abstraction composée de multiples lignes colorées à un monochrome radical ! 

Adrien Couvrat qui, dans le sillage d’un Cruz Diez, renouvelle à lui seul l’OpArt au XXIe siècle, ce mouvement emblématique des années 60, s’ouvre aujourd’hui à la figuration en l’intégrant en filigrane dans ses compositions.

Expositions :
2018. Personnelle. À La Villa « Le Lac » Le Corbusier, Corseaux, Suisse.
2015. Collective. Othello et Desdémone à l’Institut du Monde arabe.
2021. Personnelle. Au Quint Gallery de San Diego, prévue au printemps

Trois portraits. 2020, de haut en bas: Danaé, Sophia II et Autoportrait II. Acrylique sur toile, 120 cm x 85 cm chacun

Adrien Couvrat (France, 1981) est titulaire du Diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA, Paris, 2008). Il est également titulaire d’une formation professionnelle en spatialisation, programmation vidéo en temps réel auprès de l’Institut de recherche et coordination acoustique / musique (IRCAM, Paris, 2008). Il a remporté le Prix Jeune Espoir Nicolas Feuillate en 2009.

Texte : 
Edwart Vignot

Partagez cet article :

UN PAS DE CÔTÉ DANS LES MÉTROPOLES DU MONDE

Abonnement

Mayonèz Mag est un magazine au format papier. Vous pouvez vous abonner dès maintenant et le recevoir chez vous.

Je m'abonne !
"; Mayonèz Mag